• Home »
  • Actualités »
  • Incompréhension : Préemption de la résidence de Tourisme Le Bosquet à Bandol au profit de logements sociaux

Incompréhension : Préemption de la résidence de Tourisme Le Bosquet à Bandol au profit de logements sociaux

INCOMPREHENSION DES FONDEMENTS DE LA DECISION DE PREEMPTION DE LA RESIDENCE DE TOURISME LE BOSQUET AU PROFIT DE LOGEMENTS SOCIAUX.

Bandol est une ville labellisée  » Station touristique « ,  » Qualité Tourisme et Pavillon bleu pour ses eaux de baignade ».

Bandol dispose de deux sites classés  » Architecture contemporaine remarquable du XXème siècle « .
L’un au Boulevard des Engraviers et l’autre au Bois Maurin pour la résidence des KATIKIAS et la RESIDENCE-HOSTELLERE LE BOSQUET.

En France, nombreuses sont les résidences de tourisme qui appartiennent à des caisses de retraite ou assimilées. Ces dernières ont instruction de se désengager dans le temps, d’investissements qui n’ont pas de lien direct avec leur cœur d’activité. D’où par exemple, la vente de résidences de tourisme au profit d’investissements dans des EPAHD ou autres.

Tout cela amène probablement la caisse de Retraite, propriétaire du BOSQUET, à vendre ce patrimoine en obtenant, semble-t-il de l’acheteur de garder l’activité touristique sur le site.
15 emplois à l’année, 19000 nuitées par an, 1ère résidence de tourisme en capacité dans la commune. Ouverte toute l’année et orientée tourisme familial et social. Argument principal pour l’obtention des labels ci-dessus cités.

Bandol est une commune sous dimensionnée en logements sociaux du secteur public et sanctionnée par l’état par des pénalités financières et par une tutelle en manière de droit de préemption.

Alors, lorsque l’Etat en préfecture voit arriver la DIA (Déclaration d’Intention d’Aliéner) il se précipite sur l’occasion sans peut-être mesurer les avantages et les inconvénients de cette décision.

Dans les avantages visibles et immédiats, notons l’occasion de faire des logements sociaux et obtenir ces bâtiments à faible prix.

Au titre des inconvénients, moins visibles d’un premier abord mais terriblement impactant pour l’Avenir et l’Economie de Bandol notons :

La suppression de 15 emplois et ses effets induits. 15 chômeurs de plus, une capacité d’accueil touristique réduite. Disparition du principal contributeur à la taxe de séjour communale. Finie la perception des taxes telles que la Contribution Foncière des Entreprises et assimilées qui est versée à la commune. Plus de TVA pour l’Etat…. Sachant que les logements sociaux sont dispensés de taxes foncières, ces recettes ne seront pas compensées et nous devrions voir les taxes foncières augmenter à terme. Mécaniquement quand l’assiette de l’impôt se réduit, le taux augmente.

Dans cette affaire, les décideurs au sens large du terme auront-ils la sagesse de tout remettre sur la table pour peser, comme ils se devaient de le faire, les plus et les moins d’une telle décision ?

L’avenir le dira.

Gérard MEZOU. Directeur des Agences Boyer à Bandol